Prochaine édition : 24 et 25 mars 2018

14ème Marche des Pères de Famille les 18 et 19 mars 2017

marche des pères 2017

marche des pères 2017


Quelle marche extraordinaire !

Malgré une météo exécrable, ou peut-être grâce à elle !, les 120 marcheurs de la MPF 2017 (un record !) ont vécu un week-end dont ils se souviendront longtemps.

Tout y était :

  • un enseignement de qualité sur le thème « St Joseph, un guide pour l’hommme d’aujourd’hui » proposé par le Père Dominique Janthial dont vous trouverez ci-après l’enregistrement et dont nous vous recommandons l’écoute :

2017_père Dominique

> Enseignement 1 du samedi après-midi

> Enseignement 2 du dimanche matin

 

  • une ferveur incroyable à la hauteur de l’évènement en ce week-end dédié à St Joseph, avec notamment une veillée d’adoration remarquablement préparée par le frère Syméon et animée par un groupe musical de haute volée

2017_messe samedi

  • un nouveau parcours enchanteur le long du Ninglinspo,

2017_marche

2017_marche2

 

  • une ambiance entre pères particulièrement chaleureuse pendant la marche, l’apéritif et le diner.

2017_apéritif

2017_dîner

Vous trouverez quelques photos souvenir dans le lien ci-après :

> https://goo.gl/photos/34NDMgKTok9zFY8RA

 

Rejoignez-nous l’an prochain encore plus nombreux !

Faîtes connaître cette marche, témoignez de ce que vous y avez vécu, soyez persuasifs !

Rendez-vous est pris pour les 24 et 25 mars 2018.

 

photo dominique Janthial

Le Père Dominique Janthial était notre prédicateur.

Il est :

  • Membre de la Communauté de l’Emmanuel et prêtre du diocèse de Malines-Bruxelles,
  • Docteur en théologie,
  • Curé de la paroisse universitaire S. François de Louvain-la-Neuve,
  • Président de la Commission Nationale Catholique de contact avec le monde Juif (CNCJ),
    • Et il enseigne l’exégèse et la théologie biblique à l’IÉT.

Thèse de doctorat : L’oracle de Nathan et l’unité du livre d’Isaïe, Berlin-New-York, de Gruyter, 2004.

Publication (entre autres) :

  • « Devenir enfin soi-même , à la suite des grands hommes du premier Testament », Edition de l’Emmanuel, 2017
  • « L’Apocalypse : ce qui doit être engendré bientôt », Paris, Edition de l’Emmanuel, 2012.
  • « Saint Paul, apôtre du Gender ? » in Gender, qui es-tu ?, coll. IUPG, Paris, Edition de l’Emmanuel, 2012, pp. 259-268.
  • « Le livre d’Isaïe ou la fidélité de Dieu à la maison de David », Cahiers Evangile 142, Paris, Cerf, 2007.

 

Après le soutien de Monseigneur Jean-Pierre Delville, évêque de Liège, en 2016, nous avons eu la grande joie d’avoir en 2017 le soutien du Cardinal Joseph de Kesel, archevêque de Malines-Bruxelles.

téléchargement

Marche des Pères de Famille

Chacun sait combien il est important pour un enfant d’avoir un bon père et une bonne mère.

Il y a bien sûr des enfants qui sont privés de l’un des deux ou même des deux. Mais exception faite de ces circonstances exceptionnelles, il reste néanmoins vrai qu’un enfant grandit et apprend à connaître la vie grâce à son père et à sa mère.

C’est auprès de ses parents que l’enfant fait l’expérience d’être aimé sans condition. L’enfant n’a pas mérité cet amour. Il est déjà aimé avant sa naissance, avant même d’avoir pu prouver qu’il est digne de cet amour.

C’est pour cette raison que l’amour des parents pour leur enfant est sans nul doute la forme la plus pure de l’amour qui puisse exister parmi les hommes : un amour qui n’attend rien en retour mais qui est don total. C’est justement cet amour qui permet un jour à ces parents de laisser pleine liberté à leurs enfants afin qu’ils puissent devenir eux-mêmes.  Un amour qui les aidera à leur tour d’aimer d’autres. Rien n’est plus important pour un enfant que cet amour inconditionnel et immérité. L’expérience de cet amour est cruciale et déterminante pour la croissance ultérieure de l’enfant.

Dans ce processus, le père et la mère joue chacun leur propre rôle.

Le rôle du père est de représenter avant tout l’autorité. Ce qui ne signifie nullement que la mère ne représente pas l’autorité. Mais elle représentera toujours en premier lieu la proximité avec l’enfant.

Ce qui ne signifie pas non plus que le père ne serait pas proche de l’enfant et plein d’attention à son égard. Cette expérience de l’autorité est également cruciale pour le développement de l’enfant car elle l’aide à prendre distance par rapport à lui-même.

L’autorité, l’instance qui autorise, est aussi celle qui fait grandit. Et qui tient cette autorité de nous faire grandir, sinon Dieu ? C’est de Lui que vient toute paternité, dans le ciel et sur la terre (Eph 3, 15 ).  

C’est pour cette raison que j’estime très beau et très bon que des pères se rencontrent et fassent ensemble un bout de chemin pour réfléchir à cette belle mission et à cette grande responsabilité qu’ils ont reçue en tant que pères et pour discerner ensemble dans la prière ses enjeux.  

Cardinal Joseph de Kesel

Archevêque de Malines-Bruxelles

le 7 février 2017